irm résonance

De quoi s’agit-il ?

Le sigle IRM signifie “Imagerie par Résonance Magnétique”. Cette technique d’examen médical consiste à créer des images très précises d’une partie du corps grâce à un champ magnétique et à des ondes de radiofréquence (comme les ondes radio ou de téléphone portable) qui font vibrer les nombreux noyaux d’hydrogène qui composent notre corps. Reconstituées par ordinateur, les images sont ensuite interprétées par un médecin radiologue.

Déroulement de l’examen

Après nous être assurés à l’aide d’un questionnaire précis que vous n’avez ni pile cardiaque (pacemaker), ni valve cardiaque, ni d’élément contenant du fer dans la tête, nous vous faisons ôter certains vêtements, tous vos bijoux et tous éléments métalliques (bouton, agrafe, barrette de cheveux, fermeture Eclair, clés, porte-monnaie, cartes à bande magnétiques, téléphone portable…) que vous portez. Tous vos effets personnels seront déposés dans un casier sécurisé. Si cela est nécessaire, comme c’est le cas pour certains examens, nous procédons à une injection intraveineuse, le plus souvent dans le pli du coude.

Dans la salle d’examen, vous serez seul et allongé sur le dos. L’équipe médicale se tient juste derrière une paroi vitrée, tout près de vous, et communique avec vous par micro. Durant tout l’examen, l’équipe vous voit et vous entend. La durée de l’examen est de 15 à 30 minutes. L’examen peut être interrompu à tout moment à votre demande ou par pression sur la sonnette placée dans votre main. Pour que l’examen se déroule dans les meilleures conditions et que les images soient de bonne qualité, vous devez rester parfaitement immobile et suivre nos indications (par exemple, arrêter de respirer quelques secondes), sans vous inquiéter du bruit répétitif qui va se produire à plusieurs reprises, à chaque séquence, rappelant celui d’un moteur de bateau ou d’un tam-tam.

Le ressenti du patient durant l’IRM

L’examen n’est absolument pas douloureux, mais il peut s’avérer long et le bruit devenir désagréable. Si vous souffrez de claustrophobie (sentiment de malaise par crainte d’être enfermé), ce qui est très courant, informez-en le personnel d’accueil et l’équipe médicale afin de bénéficier d’une prise en charge particulière.

Une injection pour une IRM : comment et avec quels risques ?

Nous utilisons le plus souvent un produit de contraste à base de Gadolinium, généralement bien toléré par les patients mais des réactions allergiques peuvent survenir :

  • urticaire sans aucune gravité possible ;
  • graves réactions allergiques fortement exceptionnelles.

La piqûre peut éventuellement causer la formation d’un petit hématome sans gravité, qui se résorbe spontanément en seulement quelques jours.

Les cas de fuite de produit sous la peau sous l’effet de la pression lors de l’injection du produit sont très rares (1 cas sur plusieurs centaines) et généralement sans suites graves. Un traitement local s’applique dans ce cas.

Quels sont les autres risques ?

Procéder à un examen par IRM sur un patient porteur d’une pile cardiaque (pacemaker) ou d’une valve cardiaque, ou de tout élément contenant du fer dans la tête et près des yeux, constitue pour lui un facteur de risques majeurs, pouvant entraîner le décès ou la cécité du patient.

Résultats

Les images sont analysées en détails sur un ordinateur par le médecin radiologue, qui rédige ensuite un compte-rendu écrit. Il vous est remis dans les meilleurs délais.

Vous avez un examen à passer ?

PRENDRE RENDEZ-VOUS