Qu’est-ce qu’une infiltration vertébrale ?

L’infiltration vertébrale consiste à injecter un produit anti-inflammatoire à base de corticoïdes, directement dans la zone inflammatoire responsable de la douleur et à l’origine des symptômes. Selon la région concernée, l’examen peut être réalisé par radiographie, échographie ou scanner. Avant de procéder à une infiltration, un bilan d’imagerie est obligatoirement réalisé afin d’identifier précisément la cause des symptômes.

Déroulement de l’examen

L’examen dure en moyenne 20 minutes et est réalisé sous contrôle scanographique pour bien visualiser l’endroit où placer l’aiguille de l’injection du produit anti-inflammatoire. Le médecin applique un désinfectant sur la zone cutanée puis procède à l’injection d’anesthésie locale pour éviter les mouvements involontaires dus à la douleur qui peuvent diminuer la précision de l’injection. L’injection de l’anesthésiant peut être douloureuse.

L’aiguille d’injection est alors posée et vous recevez une dose d’ ½ ml de produit de contraste iodé puis celle du produit anti-inflammatoire. Plusieurs zones peuvent être infiltrées lors du même examen si cela est nécessaire : l’anti-inflammatoire est alors réparti dans plusieurs injections et autant de désinfections locales sont réalisées que d’injections, avec un matériel à usage unique, pour limiter les risques d’infection.

Pour chaque infiltration, une prise de sang vous est prescrite et est à effectuer quelques jours avant l’examen pour vérifier l’absence d’infection en cours.

Après la première infiltration

Les infiltrations ne sont efficaces que chez ⅔ à ¾ des patients, et il est parfois nécessaire de réaliser jusqu’à 3 infiltrations pour résoudre le problème. C’est pourquoi nous anticipons et nous prévoyons deux rendez-vous, à quinze jours d’intervalle, car le produit anti-inflammatoire peut avoir des effets jusqu’à 15 jours après l’injection. Si les douleurs disparaissent entre temps, vous devez annuler le second rendez-vous (pas d’effet préventif de l’infiltration).

Si les douleurs réapparaissent, contactez-nous et nous reprogrammerons le second rendez-vous (il ne sera pas nécessaire de repasser une consultation préalable).

Contre indications et risques

Si vous présentez une allergie à un médicament précis, prévenez-nous avant l’examen afin que nous vous prescrivions une prémédication. Si vous prenez des anticoagulants, un suivi par votre médecin généraliste ou votre cardiologue est obligatoire après l’examen pour vérifier si votre coagulation après l’injection est satisfaisante.

Subir une infiltration pendant la grossesse n’est pas recommandé. En revanche, la prise d’antiagrégants plaquettaires de type Kardégic, Plavix ou aspirine, n’est pas contre indiquée. Des cas extrêmement rares ont été rapportés de paralysie définitive suite à des infiltrations, principalement chez des patients ayant été opérés précédemment du rachis et lors d’infiltrations réalisées sous contrôle scopique.

Après l’examen

Vous devez être accompagné ou une personne de confiance doit venir vous chercher pour éviter d’avoir à conduire après l’examen. Pour que l’infiltration soit efficace, un arrêt de travail de 3 jours vous sera proposé afin de vous reposer. Des maux de tête peuvent survenir le jour même et le lendemain de l’examen, avec pour cause une petite brèche durale qui n’est pas toujours visible, c’est pourquoi nous vous recommandons vivement de rester allongé durant les premières 24h.

Pendant 8 jours suivant l’examen, il vous est recommandé de suivre un régime sans sel modéré, en raison de l’injection de corticoïdes.

Vous avez un examen à passer ?

PRENDRE RENDEZ-VOUS